cinémoi

25 août 2008

La fille de Monaco

18956911_w434_h_q80

Comment dire ça gentiment ?... Disons que c'est un bon film de bofs ! C'est incroyable à quel point les films français peuvent se faire passer pour pas mal en étant des grosses merdes.

Je veux dire, ce film est vide au possible. Il n'y a rien. Pas d'histoire. Pas d'émotions. Pas de suspens. Ils ont extrait le personnage de Luchini dans Paris (de Klapisch) et en ont fait un film. Un vieux qui se tape une jeune. Avec son côté 'intellectuel / malade mental' on peut penser que cette situation fait rire. Elle fait rire...les bofs !! Il n'y a absolument rien de marrant là-dedans. Mais il n'y a pas à dire, dans cette attente il est bon. Il sait faire.

Quant aux deux autres, c'est très confus. Je ne sais pas trop quoi dire. Ce n'est pas qu'ils sont mauvais, c'est plus que ça. Roschdy Zem a pour seul but de faire la gueule. Il la fait du début à la fin. Alors lui ou un autre... Honnêtement vous prenez la première personne que vous croisez dans la rue, vous la foutez sur un plateau, vous lui dites de faire la gueule, de dire des 'oui' et des 'non' et y a pas besoin de plus! Et pour Louise Bourgoin, elle doit jouer une salope. Alors on peut comprendre que les producteurs la trouvent parfaite pour ce rôle, aux vues de ces prestations sur Canal, mais de là à ce qu'elle accepte.  Et alors même un truc qui semble évident et naturel pour elle, et bien on n'y croit pas. C'est peut-être qu'elle a trop la tête pour l'emploi, va savoir...

Et pour ce qui est de la morale du film. C'est dramatique. C'est malsain au possible. Vous me direz ça se passe à Monaco, et y ayant foutu les pieds une seule fois dans ma vie, je suis loin d'y connaître le système judiciaire. Mais de là à dire que sur le Rocher, lorsqu'on tue quelqu'un, au lieu de la prison c'est les caraïbes (et je dit ça au sens le plus premier) ? En plus de ça ils nous dépeigent la prison comme un centre de spa ! Où on se balade, on est tranquille, on fait sa petite gymnastique entre potes, etc... Quand on pense à ce que c'est réellement, c'est une honte. C'est en regardant des conneries comme ça que les jeunes se retrouvent à dire 'Ouais la prison ça me fait pas peur, je suis un caïd. Moi je veux faire de la zonzon!' etc... Mais encore une fois, je tiens à préciser que je suis loin d'être un expert en prison monégasque.

p.e

Posté par pilili à 14:40 - Commentaires [1] - Permalien [#]


18 août 2008

Gomorra

18957812_w434_h_q80

'Fuyez! Fuuuyez!' 'Tous aux abris!' 'Incoming, take cover!' 'Chacun pour soi!' 'Les femmes et les enfants d'abord!' 'Un pour tous et tous pourri!!'

Quelle catastrophe, quel drame, quel outrage, quelle agression, quel sévisse: QUELLE MERDE ! Osez nous la montrer devrait être considéré comme une déclaration de guerre. Nous faire payer, pour un mauvais ersatz de 7ème art, n'est ni plus ni moins que du vol. Sur la dizaine de spectateurs qui a déserté la salle avant la tombée du rideau, on retrouve le podium, les trois premiers, à moins de la première demi-heure du film. Et honnêtement, qu'est-ce qu'ils ont eu raison. C'est d'un chiant !

Comment, à partir de faits réels (ie, ce n'est pas un problème de scénario vu que c'est tiré d'un bouquin qui est tiré de la réalité), on peut accoucher d'une telle épave ? Non mais là le gosse, il est difforme, il a trois yeux, il est bossu, avec un pied bo, il pue... C'est insoutenable. C'est clairement un film sur la mafia, mais alors POUR la mafia aussi. Y a qu'elle qui peut comprendre. Nous ? On ne peut pas prétendre. C'est mal filmé, on ne comprend pas qui est avec qui, qui fait quoi, pourquoi, pour quoi, pour qui. On a plus de questions en sortant qu'en entrant. On est bien avant le stade "qui suis-je ? où vais-je ? dans quelle étagère ?"

Le seul avantage de ce film est qu'il est la preuve 'vivante' (même si ça aurait été préférable qu'il soit mort-né) que les critiques, ou encore le jury, sont tous une grosse bande de bofs !! Que ce film, qui relève du harcèlement moral, ait reçu le Grand Prix à Cannes, et que de surcroît il se balade avec des critiques absolument pas dégueulasses, c'est à se poser des questions. Comme je l'ai dit plus haut, il n'est compréhensible que par la mafia. Et vu les honneurs qu'il a reçu on est en droit de se poser la question: ne l'ont-ils pas compris ?

Quoiqu'il en soit, Gomorra serait le cheval de Troie idéal pour une éventuelle future campagne de publicité: "Le cinéma : le seul endroit au monde où le temps s'arrête, après les meetings de Robert Hue ."

p.e.

Posté par pilili à 10:29 - Commentaires [1] - Permalien [#]

06 août 2008

My name is Hallam Foe

18927329_w434_h_q80

Le genre de film qui est le petit chouchou des festivals de films indépendants. Une ambiance très marginal, avec un Jamie Bell qui n'a pas perdu de son charisme.

C'est agréable de voir qu'il y en a qui arrivent à réfléchir à leur carrière à long terme et qui font au mieux pour eux. Et non pas qui se jettent comme des gros rapaces sur le premier os qu'on leur tend, et qui finissent par plomber leur carrière. C'est une bonne chose que Jamie Bell ait pris le temps de finir ses études, et qu'il fasse attention aux projets dans lesquels il s'investit.

Ce petit film haut en couleur manque peut-être d'une certaine sincérité sentimentale, d'une profondeur. A chercher à être trop profond justement je trouve qu'ils y perdent.

Enfin ça ne dépend que de moi. A chacun de se faire une idée. Mais de toutes les manières, ce film n'est pas une perte de temps ni d'argent.

p.e.

Posté par pilili à 11:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 août 2008

L'incroyable Hulk

18942273_w434_h_q80

J'ai eu la chance d'être invité à l'avant-première de ce film FRANCAIS (et fier de l'être), le mardi 22 juillet à 20h30.

Et alors non seulement c'est un très bon film (du genre) et en plus de ça la conférence tenue juste après par le réalisateur, Louis Letterrier, a été très intéressante. En jean/polo, il a l'air de garder la tête sur les épaules, c'était très sympa. Il y avait une bonne anmbiance! En règle générale, lors d'une avant-première, il arrive souvent que l'équipe du film passe avant, de telle manière que leur conférence ne dure pas très longtemps. Alors qu'ici, Louis Leterrier est arrivé après la projection, et la conférence a duré une bonne heure!

Deux éléments clés dans ce film: le grand retour du très grand Edward Norton et la première participation à un blockbuster du très connu Tim Roth. Pour Tim Roth je ne m'attarderai pas. Ci ce n'est que sa performance est encore une fois très appréciée (tout comme celle dans Funny Games U.S., bien que trop courte). Pour Edward Norton c'est une autre histoire. Une grande question se pose autour de son rôle: n'a-t-il pas vendu son âme au diable? Un des meilleurs espoirs de sa génération. Se faisant remarquer dans des films indépendants avec d'abbord American history X, suivi de la confirmation: Fight Club. Il avait disparu depuis un petit bout de temps, avant de réapparaître ici! Rassurez-vous, son talent, sa gueule, sa démarche sont toujours là, pour notre plus grand plaisir!!

Quant à Louis Leterrier, j'ai été ravi d'apprendre qu'il sera le préposé pour réaliser le remake du Choc des Titans (film de 1981, portant sur la mythologie grecque et plus précisemment le mythe de Persee). Affaire à suivre...

p.e.

Posté par pilili à 16:30 - Commentaires [1] - Permalien [#]

28 avril 2008

Funny Games U.S.

18926120_w434_h_q80

Un univers incroyable, qui se niche entre le monstrueux et le fascinant.

Un remake très réussi de par son casting, avec une Naomi Watts désespérée et un Michael Pitt sociopathe au possible. Ce n'est pas que je met de côté Tim Roth mais il est défoncé avant la moitié du film.

Alors autant que vous le sachiez, avant d'entrer dans la salle, aillez l'esprit bien ouvert. Ce film est juste un gros moment de sadisme. Il n'y a pas de morale, pas de 'happy end', juste de la folie humaine pure et simple. A côté de ça, il faut supporter le style de Haneke, pas toujours facile de par ses plans. Mais l'avantage de ce film est qu'on ne s'ennuie pas. On est très vite dans ce délirant fait divers, où les acteurs sont à leur maximum.

Une autre chose qui m'a marqué à propos de ce film, et ça doit être la première fois que j'en parle, c'est sa bande annonce. Elle est phénoménale. La raison est simple au possible, elle est collée sur une musique rythmée, entraînante, et pleine de vie. Chaque moment est calibré, chaque parole ajustée. C'est vraiment du très beau boulot, même si elle ne laisse pas présager à quel point ce film dépasse les conventions.

Donc je le conseille vivement à ceux qui ont le coeur bien accroché, et une capacité de percevoir les choses au dixième degré. Pour les autres, à défaut du film, la bande annonce est un régal (certes court lol) au niveau cinématographique.

p.e.

Posté par pilili à 18:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]


25 avril 2008

Cash

18917824_w434_h_q80

Surtout, n'y aller pas!! Vous le regretteriez en sortant. Y a pas vraiment grand chose à dire dessus, juste que c'est une énorme déception.

C'est une sorte de Ocean's eleven à la française, donc c'est-à-dire sans le scénario. Donc en gros ils nous ont foutu une ribambelle de stars, au milieu d'un luxe grossier permanent et voilà, on attend que ça passe. De plus la rythmique de ce film est d'une lenteur!! C'est incroyable, ON SE FAIT CHIER. Les seules minutes intéressantes du film sont les cinq dernières, où tout s'accélère et où tout se conclut. Mais ces cinq minutes ne justifient pas une heure et demi de pause, qui est présentée en plus d'une manière inintéressante au possible!

Alors je dis pas, y a des bons côtés. Dujardin est fidèle à lui-même (c'est dommage d'ailleurs car il a la carrure pour devenir une véritable star, mais il faut à tout pris qu'il se sorte de ce cinéma français moyen!!), ça fait toujours plaisir de voir Jean Reno par contre, avec son timbre inimitable. Par contre, là encore on retrouve une Alice Taglioni qui est là pour faire potiche. Elle met des chemisiers serrés, et elle sourit tout le temps... "Quelle femme"!! Heureusement pour le film qu'il y a Berléand, le seul qui amène sa petite touche personnelle avec sa personnalité si marginal.

Quoiqu'il en soit, si vous aimez le cinéma français et si vous voulez lui rendre service, téléchargez-le!!

p.e.

Posté par pilili à 00:42 - Commentaires [1] - Permalien [#]

13 février 2008

No country for old men

No_country_for_old_men

Prennant, halletant. Mêlant scènes d'action, et scènes insoutenables où se mêlent un suspense difficilement supportable. Une chose est sûre, on ne ressort pas indemne de la dernière création des frères Coen.

Les idées du scénario, surtout entourant le personnage magistralement interprété par Javier Bardem, sont tellement folles qu'on les prend du côté comique. C'est tellement poussé à l'extrême!! Avec ce tueur carrément malade mentale, y a pas d'autre mot.

Un mini road movie, qui nous emmène faire quelques détours par ces paysages reclus dont l'Amérique a le secret. Entre terre aride et caravane miteuse, y en a pour tous les goûts lol.

Enfin récompensé par les oscars. Ce film qui était passé presque 'inaperçut' lors des golden globes, a enfin eu ce qu'il méritait. Meilleur film, meilleur second rôle masculin, meilleur réalisateurs, et meilleur adaptation. The whole nine yards!!

p.e.

Posté par pilili à 14:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 janvier 2008

Live!

Live_

INDESCRIPTIBLE

Quelle expérience hors du commun!! Ce n'est pas un film, ce n'est pas possible! Quel délire!! On en sort limite changé. C'est bien plus que tout ce dont on s'attend quand on achète la place. Vous me direz que tout ce dont on pense lorsqu'on achète une place c'est à quel point on se fait voler. Surtout sur les Champs! Quand vous pensez que la place a dépassé les dix euros!

Non mais je m'égare. Ce film est véritablement une expérience incroyable. Fenêtre ouverte sur  une télé-réalité future, où une quelconque limite qu'on pourrait imaginer aujourd'hui est inexistante. La roulette russe, un six-coups, six personnes, un mort en direct.

Le paroxysme de la télé-réalité est décrit ici par le documentariste Bill Guttentag! En plus, le fait qu'il soit documentariste (récompensé dernièrement en 2003 pour Twin Towers), ce qui se retranscrit nettement dans sa manière de filmer (parce qu'il l'a voulu c'est sûr), rend tout plus rapide, plus fou, mais surtout plus réel!

Dans tous les cas, voici une expérience dont on ne sort pas indemne!!

p.e.

Posté par pilili à 18:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 janvier 2008

Je suis une légende

Je_suis_une_l_gende

Sûrement un des meilleurs films de l'année, voire même de l'histoire! ça n'a rien à voir avec l'histoire du film bien qu'elle soit énorme à n'en pas douter. Ce film est un chef d'oeuvre contemporain pour la simple raison que c'est une mixture parfaite de tous les genres! Tout y passe: horreur, action, tragique et même comique. C'est un véritable présentoir, panel, de tous les genres qu'on peut trouver dans nos salles actuellement.

Alors à n'en pas douter, il y a un penchant très net durant tout le film pour le genre horreur, suivit de près par l'action. Rien d'étonnant puisque le film sort tout droit d'un bouquin fédérateur du genre: le livre du même nom de Richard Matheson.

Alors mis à part les scènes d'action, très bien faites y a aucun doute, avec effets spéciaux, monstres et tout le tremblement, une des parties les plus intéressantes du film est sans conteste le premier quart d'heure. Avec d'un côté une vue imprenable sur un New-York désert, reconquit par la nature et ça dans tous les sens du terme. Donc pas seulement les brins d'herbe qui poussent entre les pavés, mais carrément le retour de la vie sauvage. Et d'un autre côté, et c'est surtout ça le plus intéressant, une vue imprenable sur le moi d'un homme seul. En prise avec une solitude imposée, qui le pousse aux portes de la folie. L'obligeant à créer des situations "humaines" avec des gens inexistants.

Dans tous les cas, que ce soit pour les castagnes, ou pour le reste, voilà un film à ne pas manquer.

p.e.

Posté par pilili à 17:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 décembre 2007

American Gangster

18828545_w434_h_q80

C'est véritablement la poule aux oeufs d'or! Tout ce qu'il touche transpire la réussite. Et ce depuis toujours! Je parle bien évidemment de Denzel Washington! Non pas que ce film soit mauvais sans lui. Loin de là! Ridley Scott est toujours au summum de son art, pour notre plaisir. Et Russel Crowe, bien qu'ayant recouvré son petit bide de L.A. Confidential (par contre de là à dire que c'est à cause de l'alcool comme ça l'était pour ce film...), garde un niveau toujours aussi séducteur.

Mais on a beau faire, le petit chouchou de Scott depuis son tour dans l'arène, ne peut pas lutter face au talent de Washington. Son accent. Son expression. Sa gestuelle. C'est un tueur né!

Mais quoiqu'il arrive ce film est très bon. D'autant plus intéressant qu'il est tiré d'une histoire vraie. Mais le sujet principal est le même que beaucoup! Le trafic de drogue. La violence. La mafia. Les stups. Mais il faut avouer qu'il est plus poussé que la moyenne! Et dans un sens bien plus intéressant!!

p.e.

Posté par pilili à 10:19 - Commentaires [1] - Permalien [#]

20 novembre 2007

Dans la vallée d'Elah

18816786_w434_h_q80

"Le premier grand film sur l'Amérique minée par l'Irak." Voilà ce qu'on peut lire sur l'affiche de ce film, Dans la vallée d'Elah. Et ça ne serait être plus vrai. Voilà ce qu'on peut appeler un film engagé, et dans le bon sens (en tout cas d'après moi!!).

Servi en prime par un casting impressionnant de vérité dans leurs interprétations respectives. Avec une Charlize Theron remarquable, vraie (où on lui évite les teintures et tout le tremblement) et un Tommy Lee Jones aussi marquant et bon que dans son dernier film, Trois enterrements. Suivi de seconds rôles tout aussi bons, comme Susan Sarandon dans le rôle de la mère, qui se voit retirer son second fils.

Encore plus que dans Le royaume, on ne peut se permettre de mettre de côté la connotation politique. A moins d'un an des élections présidentielles aux Etats-Unis, chaque parti se fait représenter. Ici, derrière ce film se retrouve clairement le parti démocrate, parti opposé à celui du président sortant, notre bien aimé Georges W. BUSH. Quant à son parti, le parti républicain, pour ceux qui le soutiennent, ne vous inquiétez pas.

'Every action create an equal and an opposite reaction.'

Pensez bien que eux aussi sont soutenus par des réalisateurs qui sont prêts à mettre leur talent à leur service. Et d'après la bande annonce que j'ai pu voir et ce que j'ai pu lire, un des films qui sort mercredi en salles parait bien placé pour assurer cette fonction. Le dernier film de Robert Redford: Lions et agneaux. Alors je me trompe peut-être, mais ça m'a eu l'air criant. A voir...

P.S.: d'un côté cela m'étonne beaucoup de la part de R. Redford, le sachant démocrate. Mais il n'empêche que je n'ai pas pu m'empêcher d'avoir ce sentiment. Donc à voir, et à infirmer, ou confirmer...

p.e.

Posté par pilili à 17:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 novembre 2007

Le royaume

Le_royaume

Après un laps de temps assez long (bien que ce blog ait connu pire), me revoilà. Et avec moi, un petit paquet de films que je suis assez content de vous présenter.

Et pour commencer, le film que voici: Le royaume. Dernier gros film d'action américain, où tout pète de partout. Mais il faut bien lui donner ça; un bon film du genre. Avec un Jamie Foxx fidèle à lui-même, arborant toujours cet accent attirant, ce charisme. Et le grand retour de Jennifer Garner, suite à l'arrêt de la série Alias à la fin de la saison 5. Où on la retrouve dans le genre de rôles pour lesquels elle s'est montré extrêmement compétente de par le passé. Et ce film n'a pas été l'exception.

Donc pour situer rapidement l'action, elle se passe en Arabie Saoudite, où une équipe du FBI est envoyée pour enquêter sur un attentat terroriste. Bien évidemment ils vont réussir à tout déjouer, à défoncer les méchants, et tout le tralala. Mais le point intéressant du film ne se trouve pas là!

Alors je laisse à chacun le choix de décider si c'est une bonne ou une mauvaise chose, mais le film respire d'un sentiment pro américain. A travers cette chasse aux terroristes, se ressent très clairement une sorte de soutien quelconque quant à la position du gouvernement américain à propos de la guerre en Irak. Une sorte de "mea culpa" inversé. On nous montre une situation où, en gros, on nous explique (indirectement) pourquoi la présence des "boys" en Irak est indispensable.

Ce qui est intéressant, c'est que la chaîne de télé américaine BCS (je crois, ou quelque chose comme ça) vient de diffuser un sondage sur le nombre de suicidés parmi ces "boys" vétérans, soit de l'Irak soit de l'Afghanistan. Comme quoi le taux de suicide parmi ces jeunes est beaucoup plus élevé que la "moyenne". Fait que le gouvernement américain essaye de cacher du mieux qu'il peut. Chacun en tirera ses propres conclusions...

Et alors pour en revenir au film donc, un lourd sentiment pro américain face à ce conflit stérile (c'est le cas de le dire). Avec aucun protagoniste américain tué, ils rentrent tous chez eux en bonne santé (alors que y en avait au moins un qui aurait pu mourir). Le seul "gentil" qui meurt est le policier qui les aide sur place! C'est pas top... En revanche, ce sentiment lourd qui est présent tout le film est nuancé en à peine une minute, par les deux dernières répliques. Alors chacun y voit ce qu'il veut, mais moi c'est ce que j'ai vu. Bien que ce film offre une vision positive rapport à l'Irak, ces deux dernières répliques sous-entendent quand même beaucoup. Elles sous-entendent que tant que la force sera employée, cette situation ne cessera jamais. Que la présence en Irak semble indispensable (alors là c'est pareil, à chacun de voir...) mais que cette situation restera un véritable cercle vicieux tant que des deux côtés la violence sera utilisée. Et il est clairement sous-entendu (en tout cas pour moi) que c'est à l'Amérique de cesser les hostilités la première. En gros de "montrer l'exemple"...

Donc bien que clairement pro américain, on dirait qu'ils commencent à réaliser qu'il serait peut-être temps de changer de stratégie. Donc chacun y verra ce qu'il voudra, mais en dehors des gros bisquotos, voilà ce que j'ai vu. A vous les studios!!

p.e.

Posté par pilili à 22:38 - Commentaires [1] - Permalien [#]

15 septembre 2007

Le goût de la vie

Le_go_t_de_la_vie

Pour tout avouer, je passais devant un cinéma l'autre soir, et en regardant ce qu'il y avait à l'affiche c'est là que j'ai vu ce film. En voyant l'affiche, je ne pu m'empêcher de ne PAS détourner mon regard de la jeune fille du milieu. C'est là que j'ai su, qu'après avoir vu Little Miss Sunshine, je n'avais pas d'autre choix que d'aller le voir. Il fallait absolument que j'aille voir ce qu'elle devenait... et je ne peux pas dire que j'ai été déçu.

C'est affolant de le dire, et encore moins compréhensible, mais ils ne jouent vraiment pas au même niveau. Abigail Breslin est vraiment au-dessus. Je ne l'explique pas, mais là voilà seulement dans son deuxième film, et voilà qu'elle est déjà meilleure que les autres. Quand elle pleure, on pleure. Quand Zeta Jones pleure, on en dit "bon c'est quand la suite?". Alors c'est affreux à dire, enfin pour les autres, mais à la voir jouer on se sent vraiment avec elle. C'est exactement le même phénomène que Dakota Fanning.

Enfin pour en revenir au film, il y a du pour. Mais il y a aussi du contre. Surtout dans la relation entre les deux protagonistes féminins. Elle est improbable, et pire mal saine. La jeune fille vient de perdre sa mère, et se retrouve donc sous la garde de sa tante. Or la relation qui lie les deux, est une relation qu'on peut apercevoir entre deux "adultes" lors d'une perte. Mais pas entre un adulte et un enfant. La tante est à la fois présente, et absente. Je veux dire qu'elle est dans la pièce, mais pas à moins de deux mètres de sa nièce. Le geste le plus affectueux qu'elle doit faire de tout le film est une tape sur la tête. Je veux dire pour une fille qui vient de perdre sa mère... Alors je sais pas si le ou la scénariste avait des problèmes affectifs étant enfant, mais ça laisse à penser....

Enfin sans ça, ce film est très sympa, entre la chef qui ne pense qu'à sa cuisine, le sous-chef qui ne parle que par Pavarotti, et la petite, on passe un bon moment. Et je vous assure que rien que pour Abigail Breslin c'est intéressant d'aller le voir.

p.e.

Posté par pilili à 22:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 août 2007

Les Simpson, le film

18779169

Un magnifique moment de détente, en famille aussi bien qu'en solo. De plus ce genre de films amène un public avec lequel il est agréable de voir un film: beaucoup de jeunes et d'enfants, alors on sent la salle vivante au moins. Ça change de ces films qui amènent un public qui est déjà muet avant même le commencement des réclamations, où règne un silence de mort: ça c'est flippant.
Alors que là, c'est très agréable. En plus de ça le film est à plier de rire, tout le monde peut y trouver son compte, avec un comique allant du premier au quatrième degré, de "spider cochon" à Schwarzy président!

Et le film nous oblige à revenir sur la série bien sûr! Série qui offre un superbe témoin de la société actuelle américaine. Regarder la série dispense un des meilleurs cours de géographie (ou histoire contemporaine) disponible sur l'actuelle Amérique, et surtout société américaine.

De plus, c'est la seule série (en tout cas à ma connaissance) où on reconnaît officiellement la version française pour être la meilleure! C'est quand même pas rien! La copie est mieux que l'originale: c'est fou!!

p.e.

Posté par pilili à 16:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 juin 2007

Black snake moan

Black_snake_moan

Un petit bijoux cinématographique.

Rien de tel qu'une bonne histoire déjantée pour voir se croiser le toujours excellent Samuel L. Jackson et la toute aussi excellente Christina Ricci. Malheureusement je ne peux pas être objectif face à une fille que je trouve éblouissante (de par son talent) depuis La famille Adams, et face à un des meilleurs acteurs (noirs et blancs confondus) mondiaux.

Rien que pour les amateurs d'anglais, le déplacement n'est pas vain. Cet accent du sud est à en tomber à la renverse. Sans compter bien évidemment le fait que Samuel L. Jackson chante!! It's so awsome!!!

Donc, aussi bien lui dans son rôle de vieux grincheux (c'est vrai qu'il a une bonne raison....) limite ermite, ou elle dans celui d'une meuf dépendante, mais pas de drogue, de sexe: ils font bien la paire.
En tout cas, tous ceux qui aiment ce genre d'histoires un peu déglingues qui finissent bien, vous ne perdriez pas votre temps en allant voir ce film. Plaisir garanti!!

p.e.

Posté par pilili à 00:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 mars 2007

Contre enquête

Contre_enqu_te

Je trouve la morale de ce film très juste, et très humaine. Ceux qui l'ont vu comprendront je pense, quant aux autres il n'est pas trop tard pour y aller....

Il est vrai qu'on hésite à y aller, ou que si on y va c'est à reculons, vu les critiques qu'on peut lire dans la presse... Mais pour tout dire je ne les ai pas trouvé justifiées. Ce film est un bon film du genre, avec une fin certes rapide mais qui rattrape tout le film, qui dès le milieu commence (on en a l'impression) à se diriger vers une fin complètement immorale, voire absurde, alors que bien au contraire....

La reproche que j'ai à faire concerne par contre la relation mari/femme. Déjà parce que je trouve que la prestation d'Agnes Blanchot est complètement loin du compte. Elle a vraiment pas l'air motivé d'être là... Donc peut-être avait-elle besoin d'argent, la toiture à refaire, une piscine....? bref et secondement dans cette relation, plus généralement, je trouve que rien n'est appuyé. Dans de pareil circonstances... on s'attend à de la vaisselle qui pète, des baffes, des cris et toute la panoplie. Mais là non, donc bon....

Mais en dehors de ça, ce film s'en sort plutôt bien, avec une très belle performance de Jean Dujardin. Plus qu'à Gad Elamleh de franchir le pas du tragique, il serait temps....

p.e.

Posté par pilili à 21:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 février 2007

Little miss sunshine

Little_miss_sunshine

UN DES MEILLEURS FILMS QUE J'AI VU DE MA VIE!!

Quelle hisoitre folle! Et quelle critique de la société américaine, l'absurdité qui règne autour de la jeunesse. On les pousse dès leur plus jeune âge à entrer dans un moule. Ici, l'exemple donné est celui des concours de beauté pour les petites filles. Et quand je dis petites, c'est de l'ordre de 9 ans. C'est vrai qu'à nous, français, ça nous passe franchement au dessus (quoique qu'on entre de plus en plus dans une génération de Starac [plus de 40% des votants regarde Starac, c'est à se poser des questions], de magazines people. Quelle honte!! Qu'est-ce qu'on en a rien a foutre de savoir ce qu'ils ont mangé, ou qu'est-ce qu'ils ont comme animal domestique. Le fait de savoir qu'ils ont de l'argent va pas nous en donner plus!!)...mais pour eux, c'est un véritable combat, défit absurde.

Le scénario est véritablement un des meilleurs que j'ai vu de ma vie. Entre le jeune garçon qui a décidé de ne plus parlé, et d'être pilote de ligne, mais le fait est qu'il est daltonien.... ou encore le grand-père qui apprend à sa petite fille à faire un streap tease... ou encore le frère suicidaire.... bref une vraie foire à la saucisse!!

Mais ce qu'il m'a le plus assis je dois dire, c'est la scène de quasi-ouverture. Le repas. Quel bijou!! Rendez-vous compte!! Il dure un peu près dix minutes (si ma mémoire est bonne)!! DIX MINUTES!! Ca parait rien, mais au cinéma je peux vous dire que 10 minutes, vous les sentez passer. Déjà deux minutes dans un film d'une scène mal tournée... c'est très chiant on peut le dire, mais dix.... Et là, des dix minutes on ne s'ennuit pas une seule seconde!! Malgré les blancs, leurs discussions sur le pourquoi du suicide, j'en passe et des meilleurs, ON NE S'ENNUIT PAS UNE SEULE SECONDE!!! C'est tout à fait énorme!!!

p.e.

Posté par pilili à 23:44 - Commentaires [1] - Permalien [#]

Une jeunesse comme une autre

Une_jeunesse_comme_les_autres

Une jeunesse comme une autre, c'est tout à fait ça. En Israël le service militaire est obligatoire, non seulement pour les hommes mais aussi pour les femmes, et dure trois ans. Et c'est loin d'être une partie de plaisir. La raison en est simple: ils sont en guerre. L'entraînement des nouvelles recrues est plus difficile que celui des légionnaires français, ladite élite de l'armée française.

Ce film montre le quotidien de surtout deux femmes qui, une fois leur entraînement terminé, sont affectées au service de contrôle des papiers. Et on peut voir vraiment de l'intérieur comment ça se passe, c'est très instructif. Et on voit comment, comme elles font leurs rondes en binôme, l'une dépend de l'autre. Et comme les deux ont un comportement à la base vraiment opposé, on va suivre comment elles n'ont pas d'autre choix à terme d'aller l'une vers l'autre!

Mais ça reste dans sons sens une critique de cette politique intérieur israélienne. Mais très instructif et très intéressant à voir.

p.e.

Posté par pilili à 10:43 - Commentaires [1] - Permalien [#]

15 janvier 2007

Apocalypto

Apocalypto

En commençant par un mec qui bouffent les couilles (littéralement) du pakir qu'ils viennent de chasser et en finissant (entre autre) par une femme qui accouche sous l'eau, en passant bien évidemment par les sacrifices maya où le mec lui arrache le coeur et lui coupe la tête avec toute l'assemblée toute jouasse qui pleure dès que y a un petit nuage (eh oui les mayas étaient de fervents serviteurs du soleil), j'en passe et des meilleurs: et bien je dois dire que ce film est un bon voire un très bon film.

C'est clair qu'on ne peut pas faire abstraction de la violence: c'est simple elle est présente du début à la fin, mais je dois dire que c'est une violence que l'on peut qualifier de "naturelle". Je m'explique. Ce film n'est pas plus que ça différent des autres grands films d'action qu'on peut voir. La seule différence (minuscule pour ainsi dire hihihi :-) ) est que dans un film d'action/aventure qu'on appelle "normal", quand un mec se fait poignardé ou autre, la caméra cadre de telle sorte que le coup soit un poil au-dessous, histoire qu'à part le contenu d'une bouteille de ketchup volé, on ne puisse pas voir grand chose. Et bien là Mel Gibson fait pareil, sauf que là où les autres vont cadrer un poil au-dessus, lui va cadrer un max au-dessous, histoire qu'on voit bien tout. Voilà, ci tout.

Mais si on fait abstraction de tout ça (bon courage pour celui qui essaye): ce film est magnifique. Des plans au choix des acteurs, tout est très bien calibré et on sent que le meilleur a été tiré de chaque scène (en tout cas ce fut mon impression). De plus la version originale est, j'imagine, de l'indien, car j'avoue que je ne peux absolument pas vous dire (mais ça m'étonnerait) que se soit du maya: donc c'est vrai que ça change et que c'est bien loin d'être déplaisant.

Donc ruez-vous, évidemment sa coule de source mais sa va mieux en le disant: âme sensible s'abstenir. Et même pour ceux qui aurait trop tendance à se prendre pour Rambo, je leur conseille évidemment qu'il n'y ait pas que la ceinture de bien accrochée...

p.e.

Posté par pilili à 19:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 janvier 2007

Le business français

Hors_de_prix  Mon_meilleur_ami  Mauvaise_foi  Pr_te_moi_ta_main

Voilà, ce n'est pas encore pour cette année qu'il faut s'inquiéter pour le cinéma français. Aujourd'hui, on peut en trouver huit à l'affiche (en comptant ne le dis à personne, le héros de la famille, le grand appartement, et bien sûr Arthur et les minimoys)!!

Je parlerai "seulement" des quatre que j'ai vu. C'est-à-dire des quatre ci-dessus.

Alors, pour hors de prix, je dois dire que on retrouve un peu de pour pour beaucoup de contre. Il fait partie de ces films qui peuvent attendre d'être vu à la télé. Il y a beaucoup trop de lenteur, très très très injustifiées. De plus, Gad Elmaleh est toujours le même. Je veux dire tout au long du film. Son personnage évolue mais son comportement non. Quand on a vu la première scène, on a tout vu, et c'est vraiment dommage. Ils attendent tous la même chose de lui, alors on retrouve toujours la même chose. Alors qu'on le verrait très bien dans un rôle dramatique. Comme ce qu'a fait Jim Carrey dans le prochain film qui sort avec lui en tête d'affiche: numéro 23. En passant, ça m'étonnerait vraiment que ce film soit une déception...

Mon meilleur ami est une belle, voire même mignonne, leçon de vie. Le scénario est pas si mal. L'idée d'une personne même pas apte à se faire des amis... Ça se laisse regarder. De plus, le jeu des comédiens est tout à fait correct. Auteuil est un bon comédien et Boon tient le niveau, plutôt même très bien dans ce genre de rôles...

Ensuite: mauvaise foi. Et bien j'ai beaucoup aimé ce film. Petit film très simple, qui part du stéréotype type de notre société actuelle: la confrontation arabo-juive. Le pourquoi du comment de ces relations, comment faire, mais surtout pourquoi le faire. Une vraie petite leçon de tolérance. De plus, ce couple est très bien formé. Cécile de France est toujours aussi rayonnante (c'est rare de voir quelqu'un qui attire à ce point la lumière!). Et Roschdy Zem est entouré d'une sincérité. Bref, un vrai plaisir.

Et enfin, prête-moi ta main. Pour ce film j'ai beaucoup ri. Vous me direz tant mieux, c'est une comédie. Très sympa à voir entre potes. Il vous fait oublier le délire du quotidien en vous montrant un truc encore plus délire. Alain Chabat est vraiment doué pour ce genre de rôle. Par contre vous m'excuserez mais j'arrive pas à apprécier Charlotte Gainsbourg.... elle m'est vraiment antipathique. Mais objectivement elle s'en tire pas mal du tout.

Alors pour résumer, entre les quatre je vous conseille Mauvaise foi pour le sujet, et Prête-moi ta main pour la rigolade. Sachant que le premier est à voir en couple et que le second est à voir entre potes.

p.e.

Posté par pilili à 22:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]